Artiste et Interprète

Tibor Varga est considéré comme l’un des plus grands musiciens de son époque. Créateur d’un nouveau style de violon, éminent violoniste, soliste et chef d’orchestre, il a marqué de manière décisive l’histoire de musique et d’interprétation musicale du 20e siècle.

En tant que soliste, chef d’orchestre et interprète de musique de chambre, il a interprété plus de 1000 compositions diverses, dont :

  • plus de 30 premières mondiales, dont les Concertos pour violon et orchestre de Blacher, Krenek, Nyström, Paccagnini, Prado, Seiber, Skalkottas et Zillig
  • nombreuses premières nationales, dont des Concertos pour violon et autres œuvres de Bartók, Berg, Bleuse, Schönberg, Strawinsky, Valen

Plusieurs œuvres furent interprétées par Tibor Varga en tant que soliste et chef d’orchestre, aussi simultanément (Concertos pour violon de Beethoven, Mozart, Mendelssohn, Paganini …)

Violoniste et soliste

Tibor Varga s’est produit sous la baguette des chefs les plus renommés de son époque, tels qu’Ansermet, Böhm, Boulez, Ferrara, Fricsay, Furtwängler, Markevitch, Solti et d’autres. Parallèlement, il réalisait de nombreux enregistrements, avec des orchestres réputés tels que le Philharmonia Orchestra Londres et la Philharmonie de Berlin, pour EMI, Columbia, la Deutsche Grammophon et d’autres maisons renommées.

Les Concertos pour violon de Beethoven, Brahms, Nielsen, Tchaikovski, joués par Tibor Varga, sont devenus des références d’interprétation. Ses exécutions de la musique de J. S. Bach et de W. A. Mozart sont d’une sûreté de style exemplaire. Bien que la réputation de Tibor Varga soit fondée sur ses sublimes interprétations du répertoire classique, déjà dans les années 1940 on le considérera comme l’un des l’interprètes les plus éminents de la musique contemporaine.

Par ses interprétations et enregistrements des Concertos pour violon et d’autres compositions de Bartók, Berg et Schönberg, il a hissé ces œuvres au niveau des « classiques » du répertoire, leur donnant une place de choix dans la vie musicale internationale et les faisant connaître jusqu’en Australie.

La première exécution en Europe du Concerto pour violon de Schönberg, réalisée par Tibor Varga en 1949, dans le cadre des Internationale Ferienkurse für Neue Musik Darmstadt, est devenue légendaire. Schönberg lui-même lui a témoigné son enthousiasme et l’a également remercié pour la « superbe interprétation » de son œuvre. Dans une lettre devenue historique, le compositeur lui écrit, en effet, ceci :

« Tout cela sonne vraiment comme si vous connaissiez l’œuvre depuis 25 ans tant il y a de maturité, tant est expressive, harmonieuse votre exécution. Je puis vous assurer que je n’ai jamais entendu une exécution qui ne contienne autant mes intentions dans chaque détail (…). Je vous remercie profondément pour cette expérience et je désirerais être plus jeune encore pour écrire plus de musique pour vous » (cf Schönberg, Lettres)

Tibor Varga donna les premières mondiales de nombreuses compositions lui dédiées en partie, dont des Concertos pour violon et d’autres œuvres de Blacher, Krenek, Nyström, Prado, Seiber et Zillig

Chef d’orchestre

Suivant le conseil de son ami Franco Ferra, l’un des chefs d’orchestre les plus réputés de l’Après-Guerre, Tibor Varga, dès les années 1950, se produisit également comme chef d’orchestre, aussi bien comme chef invité que comme directeur artistique et chef titulaire des ensembles dont il fut le fondateur. En 1954, il avait créé l’Orchestre de Chambre Tibor Varga Detmold (Kammerorchesters Tibor Varga, 1954–1988), réalisant un vaste répertoire de plus de 500 œuvres différentes du 18e (baroque) au 20e siècle (Bartók, Chostakovitch, Krenek, Schönberg…). Dans les années 1960, un orchestre symphonique, l’Orchestre du Festival Tibor Varga (1964–2001) vit le jour, afin de présenter, sous la baguette de son fondateur et des chefs invités de renom, le grand répertoire symphonique et concertant. En 1989, Orchestre de l’Académie Tibor Varga (1989–2002) fut créé, ayant saison pendant toute l’année. En plus, Tibor Varga fut régulièrement chef invité d’orchestres et ensembles de réputation internationale.

Makes History…

                     The Herald, Sydney

Tibor Varga interprète

Tibor Varga a interprété, en tant que soliste, chef d’orchestre et interprète de musique de chambre, plus de 1000 compositions diverses, dont la quasi-totalité des œuvres pour violon, y compris environ 300 concertos pour violon.

  • plus de 30 premières mondiales, dont les Concertos pour violon et orchestre de Blacher, Krenek, Nyström, Paccagnini, Prado, Seiber, Skalkottas et Zillig
  • nombreuses premières nationales, dont des Concertos pour violon et autres œuvres de Bartók, Berg, Bleuse, Schönberg, Strawinsky, Valen
  • J. S. BACH : l’œuvre intégrale pour cordes (Sonates, Sonates et Partitas pour violon seul, Concertos), tous les Concertos brandebourgeois et Ouvertures ainsi que plusieurs Concertos pour cembalo et orchestre et diverses Cantates
    (au piano, par cœur : Das Wohltemperierte Clavier en 2 volumes)
  • BARTOK : les œuvres pour violon (en première dans différents pays) : Concertos pour violon et orchestre no. 1 et 2, les Sonates pour violon et piano, Sonate pour violon seul ; le Divertimento pour cordes, plusieurs Quatuors à cordes, Musique pour cordes, percussion et célesta etc.
  • BEETHOVEN : Concerto et Romances pour violon et orchestre, toutes les Sonates pour violon et piano, plusieurs œuvres de musique de chambre (trios, quatuors à cordes et Grande Fugue, quintets, septuor), Concerto pour piano et orchestre no. 2, plusieurs Ouvertures : Coriolan, Egmont ; Symphonies no. 1 à no. 8
  • BRAHMS : Concerto pour violon et orchestre, Concerto pour violon, violoncelle et orchestre, les Sonates, plusieurs œuvres de musique de chambre : trios, quatuors, quintets, sextuors ; Symphonie no. 1
  • HAYDN : Concertos pour violon et orchestre, Concertos pour violoncelle et orchestre, diverses autres Concertos (pour piano, orgue, hautbois, trompette) ; œuvres de musique de chambre : sonates pour violon et piano, trios, quatuors ; plus de 15 Symphonies ; l’oratorio «La Création»
  • MOZART : tous les Concertos pour violon et orchestre, la plupart des Sonates pour violon et piano, la plupart des œuvres de musique de chambre (trios, quatuors, quintets), les grands Divertimenti et Serenades (y compris Posthorn, Petit musique de nuit, Musikalischer Spass), 10 Concertos pour piano et orchestre (dont KV 414, 466, 488), autres Concertos (pour flute, flute et harpe, clarinette, hautbois), plusieurs Ouvertures (Figaro, Don Giovanni, La flute enchantée), plus de 15 Symphonies, dont KV 425 (Linz), KV 504 (Prague) et les 3 dernières : KV 543, KV 550 en sol mineur, KV 551 (Jupiter).
  • SCHUBERT : Symphonies no. 4, no. 5 et no. 8 (Unvollendete) ; plusieurs œuvres de musique de chambre (trio, quatuors, quintets, octuor), Rondo pour violon et orchestre, Rondo brillant pour violon et piano, Phantasie pour violon et piano